Les feux d'artifice tirés depuis les bateaux dessinent dans la nuit des figures évoquant les palmiers qui jalonnent la longue allée de White Beach. Après le feu d'artifice, un flot de promeneurs descend l'allée, des touristes, des Philippins. Comme chaque nuit, la plage se métamorphose en une longue enfilade de restaurants, bars et lounges. Car ici on dîne directement sur le sable. Le rythme de la musique envahit peu à peu la plage. Boracay redouble d'activité et s'endiable. Touristes allemands, groupes d'Australiens tatoués, Philippins en goguette, jeunes habitantes de l'île aux long cheveux noirs et dont la bière San Miguel faire luire la pupille : tout ce petite monde se mélange et s'amuse énormément. Des gamines aux yeux bridées sautent sur les tables des restaurants. C'est le délire. Je croise de très nombreux couples, coréens ou russes, probablement en lune de miel, et quantité de couples mixtes, car ici le métissage semble la règle.

Voilà quelle est l'ambiance sur la plus belle plage du monde un 31 décembre à la nuit tombée : bon enfant, exotique, survoltée...