Ville de plus en plus filmée, Bangkok se prêtait parfaitement au deuxième volet de l'excessif, le "too much" Very Bad Trip. Pour ceux qui ne connaissent pas encore le concept : The Hangover est l'histoire d'un enterrement de vie garçon qui dégénère et part complètement en sucette, risquant de compromettre le mariage. La réputation festive de Bangkok et les clichés habituels sur la Thaïlande offrent à ce nouveau chapitre un cadre sur mesure, exotique et trash, moite et sulfureux, raffiné et drôle.

Le film s'ouvre sur de superbes plans de la ville, on reconnaît la Chao Phraya, la skyline du Bangkok moderne, les célèbres temples, l'animation légendaire de la ville et son important trafic.

Les ingrédients de ce numéro 2 sont grosso-modo les mêmes que pour le Hangover Las Vegas : drogue, gueule de bois, black-out, animaux, malfrats, armes, flash-back hallucinés, putes. Le seul vice qui n'est pas possible ici, le seul avantage de Vegas sur Bangkok, c'est le jeu, car les jeux d'argent ne sont pas autorisés en Thaïlande.

L'art de la comédie consiste à jouer avec les clichés, quitte à s'éloigner fortement de la vérité. Les nombreux expats qui vivent à Bangkok en témoigneront : ces histoires de pannes de courants à répétition ne correspondent absolument pas à la réalité quotidienne et on trouve dans la Citée des Anges des logements dont le standing sont à des lieux de la piaule de Chow, l'endroit où se réveille les protagonistes de cette fable pimentée.

N'importe, le film traduit quand même bien la vitalité incroyable de la première ville de Thaïlande, en donnant au passage un aperçu presque touristique de ses splendeurs, ses temples, ses hôtel chics, ses superbes lounges perchés en hauteur et dominant la ville comme le fameux Sky Bar at Siroco, pour mieux replonger ensuite dans ses supposés affres nocturnes, paradis des fêtards et des mauvais garçons.

Rassurez-vous, tout est bien qui finit bien : les mauvais garçons arrivent à temps pour le mariage.

Et notre héros, le dentiste faussement pudibond incarné par Ed Helms, parvient donc à épouser la superbe Jamie Chung, qui n'est d'ailleurs pas Thaïe.

  

On voit mal pourquoi le Hangover Bangkok n'aurait pas mérité, lui aussi, son happy end !

Si vous n'avez jamais mis les pieds dans la Citée des Anges, soyez sur vos gardes, la ville est adictive et la réplique culte du film "Bangkok got him", pourrait bien s'appliquer aussi à vous ! 

Et pour finir, la bande annonce :